World News And Tendencies

06 août 2007

Drôle de planète...

Un record kazoo-imbattable

NEW YORK (AP) -- Des membres du groupe Skyy, à la mode funk et disco dans les années 1980, ont échoué jeudi soir dans leur tentative de battre le record du monde... du plus grand ensemble de joueurs de kazoo.

Les organisateurs espéraient réunir, dans le quartier de Harlem à New York, pas moins de 3.000 adeptes de cet instrument à la portée de tous, qui devaient accompagner les chanteuses de Skyy sur le tube de 1980 "Skyyzoo", dans lequel, déjà, on pouvait entendre les "doux" airs de kazoo.

Finalement, un peu plus de 2.000 personnes se sont déplacés, plus ou moins chevronnées. "Je n'y connais rien du tout", reconnaissait Cecilia Malone, qui scrutait son instrument en plastique au milieu de la foule. "On souffle dans quel bout? Vous savez"?

Le record actuel a été inscrit au Nouvel an dernier, à Rochester (New York), où quelque 2.600 personnes se sont rassemblées pour souffler peu avant minuit. Le record précédent datait de 2004, lorsque The Quincy Park Band avait réuni 1.791 musiciens à Quincy, dans l'Illinois.

La kazooïste professionnelle Barbara Stewart a fait office de chef d'orchestre et assuré à l'issue de la session qu'elle avait eu affaire à des musiciens "compétents", un critère incontournable des Records du monde Guinness -mais malléable dans ce cas, compte tenu du niveau de difficulté associé à la pratique du kazoo...

Inventé aux Etats-Unis dans les années 1840, ce petit tube en plastique ou en métal qui déforme la voix est l'instrument démocratique par excellence. La compagnie Original American Kazoo, fondée en 1916, le produit toujours et gère une musée qui lui est dédié à Eden, dans le nord-ouest de l'Etat de New York. AP

0 - 0 - 0

Pasteur en herbe

LOS ANGELES (AP) -- Un pasteur américain aux références douteuses a été jugé coupable jeudi de distribution de marijuana par le biais de son église à Hollywood.

Le pasteur Craig X Rubin, ordonné en 1990 par l'Eglise de la vie universelle, une organisation qui assermente n'importe qui contre le versement d'un cachet, encourt une peine maximale de presque cinq ans, selon Jane Robinson, porte-parole du parquet.

L'église de Rubin, baptisée "420 Temple" (chiffre symbolique parmi les consommateurs de cannabis aux Etats-Unis), accueille environ 400 paroissiens qui considèrent que la marijuana est un sacrement religieux. Ainsi, ils brûlent et fument de l'herbe durant leurs cérémonies.

Le pasteur Rubin, 41 ans, qui a fait une apparition dans la série télévisée américaine "Weeds", qui conte les aventures d'une mère seule qui vend de la drogue dans une banlieue riche, a déclaré qu'il ne ferait pas appel du verdict.

"Si ma société pense que je suis un danger et une menace, elle sera mieux sans moi", a-t-il déclaré dans un entretien téléphonique accordé à l'Associated Press. "J'espère que les gens seront gentils avec moi derrière les barreaux. J'ai à peine eu une contravention de ma vie".

Rubin, qui assurait sa propre défense, connaîtra la sentence le 17 août prochain. AP

0 - 0 - 0

Gardez la monnaie

MADISON, Wisconsin (AP) -- C'est une histoire qui n'est pas monnaie courante. Une compagnie de convoyeurs de fonds a réussi l'exploit de perdre sur deux autoroutes du Wisconsin le mois dernier un total de 32.000 pièces de 25 cents, soit l'équivalent de 8.000 dollars (5838 euros), dont la moitié ont été retrouvés.

"J'imagine que quelqu'un a trouvé ça et a pensé que Noël était arrivé en avance", a déclaré l'officier de police Lawrence Lee du comté de Jefferson.

Fin juillet, 800 dollars ont été retrouvés dans le secteur de Madison et 3.200 dollars à Jefferson en l'espace de deux jours.

Selon des responsables de Loomis Fargo, l'entreprise de transport de fonds, un fourgon blindé se dirigeait vers Madison avec à son bord des boîtes remplies de pièces de 25 cents lorsqu'il est tombé en panne dans le secteur de Pewaukee. Ils en ont donc envoyé un second, mais un des convoyeurs aurait mal refermé la portière après avoir transféré les pièces d'un fourgon à l'autre. Un chauffeur a écopé d'un PV pour n'avoir pas empêché la fuite de sa cargaison. AP

0 - 0 - 0

La police en panne

HESSMER, Louisiane (AP) -- Mais que fait la police? En tout cas, elle a du mal à se déplacer dans cette petite bourgade de Louisiane. En face du poste, on peut lire sur une pancarte: "Village de Hessmer: la seule voiture de police est en panne. Si vous avez besoin d'assistance, veuillez contacter le maire ou le conseil" municipal.

Le chef de la police Mack Villemarette dit avoir eu beaucoup de mal à faire réagir le maire après la panne de la première voiture du département en mai dernier. Dimanche, le second et dernier véhicule des forces de l'ordre a lâché.

La compagnie d'assurance a bien versé 10.000 dollars (7.319 euros), mais rien n'a été fait, regrette-t-il. Maintenant que le deuxième bolide est hors service, la police l'est aussi.

Mais Villemarette assure qu'il n'a pas accroché la pancarte en guise de protestation. Il souhaitait juste que les 650 habitants soient au courant, a-t-il expliqué au "Alexandra Daily Town Talk". "Selon la loi, je ne peux pas répondre à un appel en utilisant mon véhicule personnel", s'est-il justifié.

Le maire Lynn Bordelon assure ne pas comprendre pourquoi le chef de la police ne l'a pas simplement appelé, au lieu d'afficher la pancarte: "s'il m'avait appelé, j'aurais essayé de trouver de l'aide immédiatement". Et d'ajouter qu'une voiture de secours appartenant aux pompiers pourrait sans doute servir de remplacement avant que celle de la police ne soit réparée.

Posté par liloopuce à 13:36 - Commentaires [2] - Permalien [#]


Un nouveau site Internet pour les tournages à Paris

PARIS - Depuis le 20 juin, la Mission cinéma de la mairie de Paris propose un site Internet destiné aux professionnels pour les aider à préparer leur tournage.

Le site Parisfilm donne notamment des informations pour trouver un décor, présente les lieux déconseillés, renseigne sur les tarifs et sur les modalités relatives aux autorisations de tournage.

La recherche peut s'effectuer par nom ou par rubrique: parcs et jardins, musées, monuments, bibliothèques, établissements sportifs, piscines susceptibles de servir de décors.

La création de ce site répond notamment à l'afflux des demandes, puisque 730 équipes ont tourné dans la capitale en 2006, contre 660 en 2005, soit une augmentation de 10%. AP

Sur le Net:

http://www.parisfilm.org

Posté par liloopuce à 13:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Josiane Balasko tourne "Cliente" à Paris, décor très prisé par les cinéastes

PARIS - Paris, "capitale du cinéma", accueille chaque jour une dizaine de tournages, parmi lesquels, souvent, des longs métrages français et étrangers. Cet été, Josiane Balasko fait partie des cinéastes que vous pourrez peut-être croiser dans la capitale avec son équipe pour "Cliente", qui raconte l'histoire de Judith (Nathalie Baye), une femme d'une cinquantaine d'années divorcée qui s'offre régulièrement les services sexuels de jeunes gens.

L'équipe du film se trouvait récemment près de la place Vendôme pour tourner plusieurs scènes, notamment dans un pub irlandais et une bijouterie.

"Je suis Parisienne et j'adore Paris", explique Josiane Balasko à l'Associated Press entre deux prises. Pour la réalisatrice, le choix de tourner dans la capitale s'imposait, notamment parce que Judith dirige une émission de téléachat dans le film.

Josiane Balasko, qui adapte sur grand écran le livre au titre éponyme qu'elle a écrit il y a quelques années, confie que "la solitude des gens et la façon de la combattre sont toujours d'actualité". "Les femmes de 50 ans sont souvent seules", note-t-elle.

Dans cette comédie de moeurs, la réalisatrice joue aussi le rôle d'Irène, la soeur de Judith. Une double casquette qui ne semble pas lui poser de problème, même si elle remarque que les deux fonctions sont très différentes. "Réaliser, c'est un plaisir total. Ça dure un an. Etre actrice, c'est des vacances".

Sur le tournage de "Cliente", Josiane est omniprésente, absorbée par ses multiples tâches, et semble faire l'unanimité auprès de son équipe, à commencer par les acteurs, comme Eric Caravaca. Il incarne Marco, un homme séduisant d'une quarantaine d'années, qui fait l'"escort" pour pouvoir payer les traites du salon de coiffure de sa femme, Fanny (Isabelle Carré).

"Josiane est très précise, on exécute une partition. Et elle connaît bien son équipe, on est tout de suite dans le travail", explique l'acteur, qui la connaît depuis déjà plusieurs années. "Je choisis mon réalisateur avant le rôle", poursuit-il, en précisant toutefois que le sujet l'intéressait aussi beaucoup. "Ça me paraît crédible. Les femmes prennent le pouvoir aujourd'hui".

Dans la scène tournée à l'intérieur du pub, aux côtés de nombreux figurants qui sont priés de faire beaucoup de bruit, Marco est accoudé au bar, seul, réfléchissant à sa situation délicate, entre sa femme et ses clientes. "Il est paumé, il est dans son monde, il faut qu'il y ait beaucoup d'ambiance autour", observe Michel Kharat, le chef opérateur son, qui connaît Josiane Balasko depuis l'époque du "Splendid", dans les années 70. "Elle sait très bien ce qu'elle veut et elle a un regard tendre pour les comédiens", note-t-il, en confiant aussi son plaisir de tourner avec elle. "Il n'y a pas de notion de pouvoir, comme parfois chez les hommes".

Pour la lumière, le travail dans un pub est très différent des extérieurs. "Il faut des points de lumière par endroits pour faire ressortir les décors et éclairer les acteurs", explique Alain Cousseau, chef-électricien.

Au bout de huit prises, l'équipe quitte le pub pour rejoindre une bijouterie toute proche, où une autre scène va être tournée. Alors que Didier Abot, le régisseur général, s'occupe de régler des problèmes de stationnement sur la place Vendôme, Elise Bernasconi, assistante-régie, talkie-walkie à la main, s'apprête à participer au blocage de la circulation pendant quelques instants.

A Paris, les tournages sont assez compliqués sur le plan logistique, notamment en raison des autorisations qu'il faut obtenir, ce qui est plus ou moins facile selon les quartiers. Et puis il faut trouver de la place pour les caravanes, où se trouvent les loges des acteurs, les costumes, les maquilleurs, les coiffeurs...

Avant la pause déjeuner, l'équipe de "Cliente" termine les préparatifs d'une scène tournée dans la bijouterie, notamment le directeur de la photo, Robert Alazraki, qui lui aussi, a déjà travaillé avec Josiane Balasko, sur "Le père Noël est une ordure". "Chaque séquence est différente. C'est une écriture, avec tel contraste, telle pellicule...", explique-t-il. Marco et une de ses clientes choisissent un bijou, face à une vendeuse, alors que les techniciens s'apprêtent à effectuer un travelling arrière.

L'événement est inhabituel pour la bijouterie qui a fermé ses portes au public pour l'occasion. "On ne gagne rien financièrement. On fait ça pour le fun, la notoriété", assure Fabienne Achard, la responsable de la boutique.

Le tournage, qui a commencé le 16 juillet, se poursuit jusqu'au 27 septembre, à Paris et en banlieue. Viendront ensuite d'autres étapes, comme le montage, avant la sortie du film prévue pour l'an prochain. AP

Posté par liloopuce à 13:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Pélicule parisienne

Près d'une centaine de longs métrages tournés à Paris en 2006

PARIS - Quatre-vingt-dix-sept longs métrages ont été tournés à Paris en 2006, dont 20 premiers longs métrages, représentant 1.147 jours de tournages, soit 12 jours en moyenne par film.

Certains films ont largement dépassé cette moyenne, notamment "Un Château en Espagne d'Isabelle Doval (55 jours), "Je crois que je l'aime" de Pierre Jolivet (51 jours), "Le prix à payer" d'Alexandra Leclere (47 jours), "Une vieille maîtresse" de Catherine Breillat (34 jours), ou encore "Pars Vite et Reviens Tard" de Régis Wargnier (32 jours).

Parmi les autres films tournés l'an dernier à Paris, on peut noter "Ensemble c'est tout" de Claude Berri, "Je pense à vous" de Pascal Bonitzer, "Actrice" de Valeria Bruni Tedeschi, "La Môme" d'Olivier Dahan, "2 days in Paris" de Julie Delpy, "Le Coeur des Hommes 2" de Marc Esposito, "Danse avec lui" de Valérie Guignabodet, "Dans Paris" de Christophe Honoré, "Paris" de Cédric Klapisch, "99 francs" de Jan Kounen, "Mon Meilleur ami" de Patrice Leconte, "Les témoins" d'André Téchiné, ou encore "Mauvaise Foi" de Roschdy Zem.

Deux longs métrages produits par des producteurs français ont été réalisés par des cinéastes étrangers: "Le Ballon Rouge" d'Hou Hsiao Hsien et "Le Scaphandre et le Papillon" de Julian Schnabel.

Les tournages étrangers (de neuf nationalités différentes, dont quatre américains, trois indiens, deux britanniques) ont progressé en 2006, avec 15 longs métrages contre 11 en 2005, avec une moyenne de six jours de tournage. Brett Ratner, pour "Rush Hour 3" (USA), avec Jackie Chan et Chris Tucker, a notamment passé 25 jours dans la capitale, et Steve Bendelack, pour "Les vacances de Mr Bean" (GB), 12 jours.

Posté par liloopuce à 13:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Méeuh, il est mimi le ptit agneau...

UN AGNEAU À SEPT PATTES CONDAMNÉ À ÊTRE ...

CANBERRA (Reuters) - Un agneau né avec sept pattes en Nouvelle-Zélande sera probablement abattu tant sa difformité est un handicap, rapporte la presse locale.

L'animal a deux paires de pattes avant et trois pattes arrière, écrit l'Ashburton Guardian, publié sur l'île de South Island.

Un vétérinaire local a déclaré que l'agneau était hermaphrodite, et qu'il lui manquait une partie de ses intestins, ce qui l'empêchait de déféquer.

Steve Williams a jouté que c'est ce dernier point qui posait le plus de problèmes, plus que ses sept pattes, et que cela impliquait très certainement que l'animal doive être tué.

"C'est vraiment un petit agneau radieux, mais il va de moins en moins bien", a déclaré le vétérinaire. "Le garder en vie serait très inhumain."

Posté par liloopuce à 13:31 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Guerre végétarienne

Des Israéliens bombardent la bande de Gaza...avec des tomates et des oeufs

JERUSALEM (AFP) - Des Israéliens de Sdérot ont trouvé un moyen original pour protester contre les tirs de roquettes palestiniennes sur leur ville: riposter par des tirs de tomates et des oeufs.

Les manifestants ont tiré jeudi les tomates et les oeufs vers la bande de Gaza à l'aide de lanceurs de fabrication artisanale constitués de tuyaux remplis d'un liquide inflammable, a rapporté vendredi la presse israélienne.

"Comme le gouvernement ne fait rien, nous avons décidé de prendre les choses en main", a déclaré au quotidien Maariv un des organisateurs Yigal Tzur, qui anime un "comité de soutien à Sdérot".

L'armée est intervenue pour stopper ces tirs symboliques. Les tomates sont retombées du côté palestinien de la frontière sans atteindre leur objectif, la localité de Beit Hanoun. Il n'y a eu ni dégât ni blessé.

En six ans, neuf Israéliens ont été tués et des dizaines blessés dans des tirs de roquettes palestiniennes provenant de la bande de Gaza.

Sdérot, une ville du sud d'Israël située à quelques kilomètres de la bande de Gaza, est visée souvent par les tirs de roquettes palestiniennes de fabrication artisanale.

Posté par liloopuce à 13:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Rastafaraï....

Des gardiens de prison sud-africains refusent de couper leurs dreadlocks

LE CAP (AFP) - Cinq gardiens de prison sud-africains ont été suspendus par leur direction après avoir refusé de couper leurs dreadlocks (tresses), a-t-on appris vendredi de source syndicale.

Les cinq rastafaris, employés à la prison de Pollsmoor près du Cap (sud-ouest), ont été sanctionnés parce qu'ils ne respectaient pas le code vestimentaire des services pénitentiaires, a expliqué Benzi Soko, porte-parole d'un syndicat des policiers et des gardiens de prisons.

"Ce code vestimentaire ne devrait pas empiéter sur la Constitution, qui garantit la liberté de culte", a-t-il estimé, en précisant que le syndicat allait entamer des procédures judiciaires pour obtenir la réintégration des cinq hommes.

Les cinq gardiens de prison, qui ont pour leur part fait appel de la suspension, continuent de recevoir leur salaire jusqu'à une décision définitive.

"Le département des services pénitentiaires respecte les droits de chaque employé, mais ne peut pas faire de compromis sur la discipline", a réagi l'administration dans un communiqué, accusant les cinq hommes d'avoir "ignoré tous les avertissements".

Associant un rejet du colonialisme à la prophétie biblique, les rastafaris, dont le mouvement est né en Jamaïque, ont reconnu dans l'ancien empereur éthiopien Haïlé Sélassié leur "dieu vivant". Beaucoup portent les "dreadlocks" en mémoire des princes éthiopiens patriotes qui, généralement, laissaient leurs cheveux en bataille avant de les tresser.

Posté par liloopuce à 13:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Un jeune garçon survit à une attaque de couguar dans l'ouest canadien

Un couguar aux Etats-Unis ...

OTTAWA (AFP) - Un jeune garçon de 12 ans a survécu à l'attaque d'un couguar dans l'ouest du Canada grâce à un sauveur courageux qui s'est battu à mains nues avec l'animal et a réussi à le faire fuir, rapportait la presse locale vendredi.

Le jeune Colton Reeb, qui campait avec des amis de sa famille près de la petite ville de Clinton dans la province de Colombie-Britannique, était en train de se rendre aux toilettes du terrain de camping lorsqu'il a été attaqué par derrière par un couguar d'une trentaine de kilos, mercredi soir.

Alerté par les cris du jeune garçon, un ami de la famille, Marc Patterson, s'est précipité sur l'animal et a essayé de l'étrangler à mains nues, après avoir échoué à l'arracher à sa proie à coups de pied.

"J'ai serré aussi fort que je pouvais et au bout de quelques secondes, il a lâché prise", a déclaré M. Patterson au Vancouver Sun.

Mais l'animal était prêt à attaquer à nouveau et Marc Patterson lui a fait face, agitant les bras et grognant "comme un grizzly", pendant que sa famille et le jeune blessé réussissaient à s'enfuir, a-t-il expliqué au journal.

Blessé à la tête et aux bras, le jeune garçon récupérait vendredi dans un hôpital de Vancouver, la métropole de la côte ouest canadienne. Ses parents ont indiqué dans un communiqué qu'il avait fait ce qu'il fallait pour se protéger de l'attaque, roulant en boule et essayant de protéger sa tête le mieux possible.

L'animal a été tué deux heures après l'attaque. Un responsable des services spécialisés du ministère de l'Environnement, Rod Olsen, a indiqué que les attaques de couguar sont rares et que l'animal avait sans doute confondu le jeune garçon avec une de ses proies habituelles.

Selon lui, c'est la première attaque de couguar dans cette zone depuis 1995. Deux attaques ont cependant eu lieu en 2006 dans d'autres régions de la province, également contre des enfants, mais aucune n'a été mortelle.

Posté par liloopuce à 13:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Spéciale dédicace pour Miam!

L'absence de sexe favoriserait le travail

BERLIN (Reuters) - Plus d'un tiers des Allemandes et Allemands insatisfaits de leur vie sexuelle avouent compenser leurs frustrations en se "défonçant" au travail, révèle une étude réalisée par des chercheurs de l'université de Göttingen.

Le travail est un substitut plus prononcé encore pour ceux qui avouent n'avoir carrément aucune activité sexuelle - plus de 45% des 32.000 personnes interrogées.

"Ces résultats sont inquiétants", conclut Ragnar Beer, qui a dirigé l'étude, dont les conclusions sont publiées par la lettre médicale réputée Apotheken Umschau.

Posté par liloopuce à 13:26 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Mieux vaut tard que jamais!

Le guitariste de Queen a terminé sa thèse d'astronomie après 30 ans

LONDRES (AFP) - Brian May, guitariste du légendaire groupe de rock Queen, a remis vendredi sa thèse d'astronomie à l'université de Londres où il l'avait commencée il y a plus de trente ans.

Intitulée "Vitesse radiale dans le nuage de poussière zodiacale", cette thèse de 48.000 mots avait été remisée dans le grenier de sa maison du Surrey en 1974 lorsqu'il avait abandonné ses études pour se consacrer au groupe Queen, qui en était encore à ses balbutiements.

L'an dernier, l'auteur des tubes "We will rock you", "The show must go on" ou encore "Flash" a décidé d'achever son travail universitaire pour tenter de décrocher son doctorat.

Après neuf mois de recherches supplémentaires, Brian May, 60 ans, a remis sa thèse à l'Imperial College de Londres et doit passer son grand oral le 23 août, la décision du jury étant attendue peu après.

"C'est vraiment très excitant. Deux experts vont maintenant me faire passer au grill et probablement me faire vivre un enfer", a déclaré le guitariste après avoir remis son travail.

"J'ai fait mon travail et je suis fier de ce travail", a-t-il ajouté. "J'avais l'habitude que les choses se passent comme je voulais mais là, j'ai du m'appliquer et être un étudiant et faire ce que l'on me disait", a-t-il confié.

May est déjà détenteur d'un diplôme en physique obtenu à l'université londonienne où il a étudié les poussières interstellaires.

Si les examinateurs approuvent son travail, qui montre que les nuages de poussière du système solaire se déplacent dans la même direction que les planètes, Brian May recevra son diplôme en août l'an prochain.

Le mois dernier, il avait été fait docteur honoraire de l'université d'Exeter (sud-ouest de l'Angleterre). Il a récemment écrit un ouvrage avec deux astronomes britanniques de renom sur le Big Bang et l'évolution de l'univers.

Posté par liloopuce à 13:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]