06 août 2007

Rastafaraï....

Des gardiens de prison sud-africains refusent de couper leurs dreadlocks

LE CAP (AFP) - Cinq gardiens de prison sud-africains ont été suspendus par leur direction après avoir refusé de couper leurs dreadlocks (tresses), a-t-on appris vendredi de source syndicale.

Les cinq rastafaris, employés à la prison de Pollsmoor près du Cap (sud-ouest), ont été sanctionnés parce qu'ils ne respectaient pas le code vestimentaire des services pénitentiaires, a expliqué Benzi Soko, porte-parole d'un syndicat des policiers et des gardiens de prisons.

"Ce code vestimentaire ne devrait pas empiéter sur la Constitution, qui garantit la liberté de culte", a-t-il estimé, en précisant que le syndicat allait entamer des procédures judiciaires pour obtenir la réintégration des cinq hommes.

Les cinq gardiens de prison, qui ont pour leur part fait appel de la suspension, continuent de recevoir leur salaire jusqu'à une décision définitive.

"Le département des services pénitentiaires respecte les droits de chaque employé, mais ne peut pas faire de compromis sur la discipline", a réagi l'administration dans un communiqué, accusant les cinq hommes d'avoir "ignoré tous les avertissements".

Associant un rejet du colonialisme à la prophétie biblique, les rastafaris, dont le mouvement est né en Jamaïque, ont reconnu dans l'ancien empereur éthiopien Haïlé Sélassié leur "dieu vivant". Beaucoup portent les "dreadlocks" en mémoire des princes éthiopiens patriotes qui, généralement, laissaient leurs cheveux en bataille avant de les tresser.

Posté par liloopuce à 13:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Rastafaraï....

Nouveau commentaire