17 juin 2007

Iphone story

L'iPhone ne pourra pas être activé sans un compte iTunes Store

Apple va lier son téléphone à iTunes Store. L'utilisateur devra disposer d'un compte sur la plate-forme de téléchargement pour activer l'iPhone. Une stratégie qui casse le modèle de partenariat entre les opérateurs et les fabricants de mobiles.

Business

Après avoir étroitement lié son baladeur iPod et sa plate-forme de téléchargement iTunes Store, Apple est parti pour faire de même avec son téléphone iPhone, attendu aux États-Unis le 29 juin chez l'opérateur ATT.

Dans un e-mail envoyé aux consommateurs intéressés par l'iPhone et abonné au programme TMHGIH (The Most Hyped Gadget In History), Apple indique que le téléphone nécessitera un compte iTunes Store pour être activé. Le constructeur ne précise pas s'il s'agit d'une activation complète du terminal ou d'une partie des fonctions, notamment celles multimédias.

Reste que par ce biais, il pourra créer une relation directe avec ses clients à qui il facturera en direct l'achat de musique ou de vidéos à transférer sur le téléphone. Pour ATT, cette stratégie ne pose pas problème puisqu'il ne propose pas de plate-forme musicale; en revanche, les opérateurs européens grincent des dents.

«Apple devient vraiment arrogant, et il devrait se méfier», indique au quotidien Les Echos, un responsable d'Orange en France. En Europe, les opérateurs assurent traditionnellement eux-mêmes la facturation de la plupart des services proposés sur leur réseau et combinés. En liant l'iPhone et iTunes Store, Apple les écarte d'une part de leur business.

Apple veut changer les règles du jeu

«Cette approche est en rupture avec la manière dont fonctionnent aujourd'hui les opérateurs dans leur relation avec les constructeurs de terminaux», commente Vincent Poulbère consultant du cabinet Ovum. Les Nokia et autres Samsung laissent en effet beaucoup de marge de manoeuvre aux opérateurs, qui leur achètent en volume des terminaux vendus le moins cher possible grâce à des subventions. Les opérateurs génèrent ensuite des revenus sur les abonnements et services annexes. 

Dans le cas de l'iPhone, il s'agit d'un terminal plutôt cher (500 à 600 dollars), a priori sans subvention, et avec lequel Apple donc veut garder le contrôle d'une part des services associés.

«Afin de séduire les consommateurs, Apple souhaite valoriser au mieux son produit et il veut pour cela garder le plus de contrôle sur l'expérience utilisateur», poursuit Vincent Poulbère. La firme à la pomme préfèrerait donc elle-même gérer les services à valeur ajoutée de l'iPhone, en capitalisant sur sa réputation d'innovation et de qualité.

De quoi compliquer les négociations actuellement menées entre opérateurs mobiles européens et la firme de Steve Jobs. L'iPhone était pressenti pour être au catalogue d'un acteur de dimension européenne tel qu'Orange ou Vodafone. Mais la stratégie d'Apple qui se dévoile pourrait plutôt s'accorder avec des acteurs de moindre ampleur, qui laissent plus de marge de manoeuvre à des tiers. En France, c'est par exemple le cas de Bouygues Telecom qui propose déjà l'iPod dans ses boutiques.

En Europe, l'iPhone doit sortir à la fin de l'année.

Posté par liloopuce à 19:57 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Iphone story

    je pars au USA cet été je me demande si un Iphone US marchera en France si j'en ramene un ^^

    Posté par chinuy, 24 juin 2007 à 15:51 | | Répondre
Nouveau commentaire